Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 15:02

enfoirés-copie-1Même s’ils sont entrés sur scène en chantant « c’est bientôt la fin » (étrange choix pour un numéro d’ouverture, non ??), tout beaux dans leurs costumes de bal vénitien, les Enfoirés ont une fois de plus conquis le cœur du public.


Petit décryptage d’un succès : 

 

  • Explication événementielle : entendre Nolwenn chanter en français est aussi rare que voir Zaz les cheveux coiffés. Tout comme assister à une choré endiablée de Jugnot, Ségara et Leforestier sur LMFAO, Collectif Métissé ou encore Lady Gaga.

 

  • Explication économique : la tournée des Enfoirés tient lieu de Pôle Emploi pour un grand nombre d’artistes. Ce concert permet en effet à des retraités comme Alizée, Elsa, Lââm, Chimène Badi et Jean-Baptiste Maunier de bosser quelques jours par an.

 

  • Explication esthétique : chaque année, Lorie nous présente sa nouvelle lubie capillaire. Cette fois, une version à la croisée entre le bichon frisé et Shirley Temple.

 

  • Explication coquine : les téléspectateurs ont certainement adoré la blague super fine et imprévisible sur le numéro de département de Lyon, et les innombrables références à la plastique et au sex-appeal de Shy’m. Et on se demande pourquoi Maurane a fui la troupe

 

  • Explication psychanalytique: les Enfoirés ont dû s’imaginer qu’au plus profond de l’inconscient collectif, notre plus grand fantasme était d’admirer Kad Merad en pole dancer dans un combi-short en cuir. C’est fait.

 

  • Explication démoniaque : les téléspectateurs adorent constater que Chimène Badi se ressemble de moins en moins au fil des années, tandis que Catherine Lara se rapproche elle dangereusement du look « témoin anonyme » deToute une histoire.

 

  • Explication nostalgique : généreux, survitaminé et fédérateur, le Concert des Enfoirés reste une des rares émissions musicales de qualité.

 

CQFD !


Cependant quelques interrogations me taraudent :

Pourquoi Liane Foly s’obstine-t-elle encore à nous faire ses horripilantes imitations ? Non, le micro costume de Wonder Woman pour fillette de 6 ans n’aidait pas.


Et pourquoi nous bassinait-on depuis des semaines avec le grand retour de Luchini, présent sur seulement un numéro ? Ah oui pardon, j’oublie son apparition pendant le final.

En kilt.

Je n’écouterai plus jamais du Nietzsche de la même façon.


PS : Oui, j’avoue, voir Matt Pokora déguisé en lapin, ça n’a pas de prix. Juste celui de l’impression écran format A1.

Repost 0
Published by Delphine - dans Zapette en folie
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 21:40

infideles.jpgIl y a quelques semaines, les affiches choquaient profondément notre Ô combien décente moralité. Aujourd’hui, avouons qu’elles sont pourtant assez proches d’une couverture Martine au pays des Bisounours, comparées au niveau de décadence et vulgarité des Infidèles


Mais POURQUOI ce film est-il autant encensé ? Comment expliquer ce manque collectif de discernement ? On nous parle de finesse dans la critique acerbe, de tragi-comédie piquante et subtile, de regard acéré sur les mœurs masculines, de situations délicieusement cocasses  et d’humour décapant…


Je n’y ai vu qu’un ramassis de vulgarité, tant dans les propos malsains que dans certaines séquences profondément obscènes qui repoussent très en-dessous de la ceinture les limites de la grossièreté cinématographique. Entre film de cul grand public, comédie US de mauvais goût, film BDE moisi à gros budget, et sketch vicelard interminable, les personnages dépravés mis en scène peinent en outre à maintenir un rythme de comédie, très desservi par la pauvreté du scénario. Oui, en plus d’être un peu atterré et surtout dégouté d’avoir payé sa place de ciné pour une telle niaiserie, on s’endort carrément devant Les Infidèles.


On nous avait promis un concept novateur de film à sketchs, voici une succession de courts-métrages foireux, traînants et sans intérêt. L’immoralité aurait pourtant pu être traitée avec tant de talent et de subtilité  !


Mais de tout temps, des producteurs nous ont proposé des navets. Et en général, les critiques ou le public dénoncent la bassesse de l’œuvre. Alors, d’où viennent ces éloges injustifiés ? Serait-ce l’ombre des Oscars qui plane dangereusement sur notre capacité d’appréciation ? Pourquoi personne n’ose avouer que Jean, oui Jean, sur ce coup tu nous déçois profondément ?


Faites-moi part de vos impressions… Même, et surtout, si vous n’êtes pas d’accord avec moi et vénérez ce chef-d'oeuvre du cinéma français !

Repost 0
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 23:01

shrek.jpg

Depuis le temps que ses fans l’attendaient… Shrek s’est enfin installé chez nous, au Casino de Paris ! Retour sur la grande première, ce mercredi 8 février.

Evidemment, quelques caméras étaient conviées pour immortaliser les impressions des fans de comédies musicales petits enfants. Certains tellement jeunes qu’ils parvenaient difficilement à prononcer quelques mots.


Les rires de gamins ont bien sûr fait trembler la salle lors du classieux battle de rots et pets entre Shrek et Fiona. Romantiquement, ça rappelle Notting Hill, quand Hugh Grant et ses copains jouent à qui c’est le plus malheureux. Broadwayquement, j’avoue une légère preference pour le fameux « Anything you can do, I can do better » (ah bah oui, faut connaître).

 

Abstraction faite des improbables sweats à capuche-burqa des « manipulateurs », les costumes sont admirablement travaillés, colorés et variés, et nous plongent dans le fabuleux monde des contes de fée et dessins animés.


Petite déception : je m’attendais à un timbre un peu plus gras et caverneux pour Shrek… c’est à vrai dire le seul personnage à ne pas cartooniser sa voix ! Il pourrait bouffer un Pumba, ça irait sans doute mieux.

Hommage au prince aux genoux d’acier et à la jouissive expressivité, follement charismatique du haut de ses malheureux centimètres… Bref (c’est le cas de le dire), tout simplement brillant.

Et l’autre, là, qu’on adore et dont on attend les délicieuses répliques… on pourrait lui trouver un vrai nom. Parce que « L’Âne », ça fait un peu « Le Chien » de Colombo.

Ajoutez un craquant Pinocchio, de charmantes et gracieuses souris pailletées, une foule de personnages délirants... Vous y êtes.


Une question me taraude : quand tu joues dans Shrek le musical, tu mets quoi sur ton CV ? Cochon & Aileron-avant-gauche-du-dragon & Grand-arbre-qui-bouge-tout-seul ?

Mais nooon je ne me moque pas de la jolie forêt, on s’y croirait. Vraiment. Comme la fumée qui fait bouger les nuages. Trop beau.

Quant au mur étoilé comme au Grand Rex, et sa lune géante version E.T., c’était sooo romantic.


Donc si vous aimez les comédies musicales anglo-saxonnes, courez découvrir cette excellente troupe dans les contrées de Duloc !


Et comme j’ai des réminiscences de marketeuse et que je suis une très gentille fille, voici quelques idées de goodies en vente à la boutique en cette période de grand froid : un pyjama pilou pilou molletonné comme celui porté par L’Âne (parce que vu à quel point il dégoulinait au bout de 20 secondes, ça doit tenir sacrément chaud ce truc-là), ou alors le masque de Shrek comme passe-montagne (les Anonymous y songent).

Non, la perruque de Fiona ne figure pas sur la liste. Miss France 2012 a l’exclusivité.

Repost 0
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 17:04

Premier reportage de l’année : l’équipe de Strass en Stock (enfin moi, tout simplement) a assisté à l’exceptionnel déjeuner de Laurence Boccolini avec ses fans geekos !

Un salon cosy aux murs ornés d’écrans plasma, des tables basses couvertes de toasts et mini brochettes, une vingtaine de passionnés un peu traqueux et autant de smartphones en ébullition.


blog2.jpgRadieuse et rose jusqu’aux ongles, Laurence fait une entrée enthousiaste, ça s’exclame, ça flashe, ça tweete, ça pleure.

Il faut dire que les invités sont des fans absolus, pour certains venus de l’autre bout de la France (métropolitaine, faut pas exagérer quand même), désespérés d’avoir raté Money Drop la veille au soir à cause du trajet en train, et avides de ragots sur les candidats incultes, machos, ruinés et depuis la diffusion totalement dépressifs.


La timidité ambiante disparait aussi rapidement que les petits canapés tomates mozza, et bientôt chacun y va de son intervention constructive : - Regaaaarde Laurence la photo de mon chat… qui mange du Nutella… et là c’est ma fifille, elle a 10 ans 1/2… - Et moi je suis le plus gros éleveur de loulous de Poméranie nains… - Héééé Laurence, t’as pas répondu au tweet de ma gamine !! - Et moi ça fait 3 ans que j’attends la suite de Mademoiselle Joubert ?!!...


blog1.jpgToast au saumon dans une main, iPhone dans l’autre, Laurence nous parle de ses chats, de son brushing, des tweets harceleurs d’une hystérique, s'insurge contre les plateaux où ça ne capte pas, s’informe du prochain twapéro sur Angers, disserte sur Nikos qui claque 27 hashtags à la minute… et sur ces personnes insupportables et totalement hors du coup qui lui demandent encore par MP pourquoi elle nous appelle ses « lucioles » (et là je comprends que mon reportage est en train de tomber à l’eau ; je partage cette interrogation fondamentale mais n’ose évidemment plus aborder le sujet).


Comme on est maintenant toutes super copines (il y a certes quelques hommes, mais je vous l’ai dit, ils parlent de loulous de Poméranie nains), Laurence nous dispense ses conseils vestimentaires et capillaires pour optimiser notre apparence à l’écran (mais je les garde pour moi, vous n’aviez qu’à être invitées).

Et là c’est le drame, il suffit parfois de quelques mots pour détruire les projets de vie d’une fan : « Tous les jours avec les copines, on parie sur la couleur des lunettes que tu porteras dans Money Drop ! » Ce à quoi Laurence répond qu’elle n’a qu’une seule paire, parfois vaguement bleutée par les projecteurs. 1-0. Une vie s’écroule.


blog3.jpgPuis grande surprise, Alexandre Thibault alias le brave Julien de la Famille Formidable rejoint ce beau petit monde en effervescence, fait l’apologie des FollowFriday et de Anny Duperey, bientôt suivi de Catherine Laborde qui prédit entre deux cannelés un week-end froid et enneigé. Normal que Lolo ait autant d’amis, elle est vraiment adorable, simple et drôle. Tout le monde s’aime, chez TF1. Tout le monde est corporate aussi : même les animateurs sont ravis de recevoir le jeu de cartes officiel de la chaîne.


J’observe ahurie cette rencontre surréaliste, où le Live-Tweet a autant d’importance que la discussion orale, où l'on n'hésite pas à se couper la parole pour commenter le RT d'un blogueur influent. Les yeux rivés à l’iPhone, chacun veut faire partager au monde entier ce moment génial qu’il est en train de vivre.

C’est ça la solidarité 2.0 : une photo de macarons à la framboise localisée Quai du Point-du-Jour.


Laurence est comme nous, avec des poils de chat sur le pantalon noir, une guerre déclarée à SFR, et des déceptions quand une star hollywoodienne ignore ses tweets. C’est ma grande copine. Merci Lolo pour votre gentillesse. Et pour les éclairs au chocolat.

 

... Petits souvenirs : je vous avais parlé de Laurence Boccolini dans l'improbable clip de TF1, et pour ses émissions délicieusement rétro.

Repost 0
Published by Delphine - dans Zapette en folie
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 16:01

Sérieusement.

La fermeture de Megavideo, c’est pour nous une condamnation à la mort culturelle et sociale.


mega.png

Comment désormais se tenir au courant en direct live des derniers ragots de l’Upper East Side, du Seattle Grace, de McKinley, ou de Wisteria Lane ? Par direct live j’entends en même temps que nos contemporains américains (enfin dans un délai de carence humainement supportable), sans attendre 2018 pour un prime time en chaîne gratuite.


Franchement, c’est moche. Etre obligé de fouiller sur le profil facebook de nos friends expat’ pour savoir qui a conclu hier soir sur HBO ou ABC...


Et après, c’est antipatriotique de dire que les Etats-Unis ont un train (ou plutôt quelques saisons de 22 épisodes) d’avance sur nous.


Peut-être qu’après tout, l’objectif d’une telle mesure est de déconnecter définitivement notre horloge biologique du rythme incessant des 72 minutes, 54 minutes, 72 minutes, 54 minutes...

Repost 0
Published by Strass en Stock - dans Zapette en folie
commenter cet article
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 00:15

En 2009, la cérémonie des César singeait lamentablement Hugh Jackman et son jubilatoire « the musical is back » en version petit-budget-je-porte-un-imper-Kiabi-ça-le-fait-pour-Singin’ in the rain.

En découvrant cette vidéo préface des Oscars 2012, je sens la franchouillardise avide d’enfiler ses gros sabots pour nous sortir une parodie bien de chez nous...

 

 

T’imagines un peu ? On ferait un truc du genre Dujardin et Maïwenn sont envoyés par le gourou Omar Sy déterrer Antoine de Caunes dans son pavillon de Trouville. Et il faudrait rire gentiment, parce qu’après tout il faut être indulgent avec nos tentatives françaises un peu miteuses de faire le show.

L’angoisse, quoi.


PS : Le premier qui dit que cette blague n’a aucune raison d’être étant donné que de Caunes a déjà fait son retour l’an dernier en maître de cérémonie… je l’expédie dans la caverne himalayenne de Billy Crystal.

Repost 0
Published by Strass en Stock - dans Pop corn et tapis rouge
commenter cet article
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 01:39

Rebonjour à tous, désolée d’avoir déserté ce blog ces derniers temps… J’ai profité des fêtes pour exporter ma plume vers de lointaines contrées, et plus précisément du côté d’un certain dieu des ragots cathodiques. Mais mon petit chez-moi me manquait trop, alors me revoilà. A très vite ! Et bonne année bien sûr...

bilan 2011 texte

Repost 0
Published by Strass en Stock - dans Petits égarements
commenter cet article
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 14:53

C’était il y a une semaine déjà… Je ne pensais pas aborder le sujet, mais il faut dire que l’heure est grave. Car malheureusement, les rouquinophobes s’insurgent.

missfrance.jpgCette fois, pas la peine de dégoter une sex tape ou les pelloches d’un shooting PlayBoy des années 90 ; ce serait au niveau de l’élection miss Haut-Rhin que le litige prend sa source…

 

Et cette polémiquette me donne follement envie de revenir sur la fabuleuse soirée Miss France 2012.


Commençons par la prestigieuse brochette de jurés : Denis Brogniart et Francis Huster avaient sans doute intégralement vidé le bar avant le début de l’émission. Abandonnant Sylvie Tellier aussi large que Deneuve dans une affreuse robe VERTE avec un Delon mort d’ennui et bafouillant (ben oui : pas de lunettes Krys, pas de prompteur. L’est plus tout jeune le monsieur), oubliant autant ses mots que sa cravate et le nom de la brune là, cette fille qu’a fait un télé-crochet sur Cléopâtre ou un truc dans le genre, mais siiiii, je l’ai sur le bout de la langue…


Comme chaque année, on a pu voir des reportages passionnants et fort bien réalisés, où les miss courent derrière un ballon de foot façon High School Musical, ou nous la jouent Thalassa à Brest, et Koh Lanta à 100 mètres de leur resort à Cancun. D’ailleurs, c’est toujours hyper  crédible, quand overmaquillées, minijupées et Dallas-brushinguées, les jolies élues font l’éloge d’une vie saine et proche de la nature, et regarde comme j’aime courir sur la plage ou dans la forêt et comme elles sont bonnes les rillettes de mon terroir.


Visiblement, petit problème en coulisses de répartition des stocks de soie, lin brodé, voile de coton et dentelles. Carrément too much sur les costumes tradi (by the way, quand est-ce qu’ils supprimeront cette séquence qui n’amuse plus personne ?) et les robes meringue ; du coup, il ne restait à la pauvre Lorie qu’un misérable petit bout de tissu pour cacher sa volumineuse poitrine. C’est juste scandaleux. Et on aurait pu filer une robe un peu plus grande à la vieille miss Univers 1912, lamentablement boudinée dans un XL.


Quant au DJ, il a du être pris de court, probablement recruté au dernier moment lors d’une soirée arrosée au Champomy dans une boîte tendance pour 14-17ans only, et a joyeusement balancé les playlists Voltage de l’été dernier. Histoire d’enterrer définitivement Vladimir Cosma, John Williams et Ennio Morricone. C’est moche. Sauf pour le défilé final en hommage à Sissi, où genre c’est trop grave cliché les valses viennoises quoi, on va mettre un petit remix de la Vie en rose, audacieux, brillant, subversif.


Héhé. Avec toutes les notes que j’ai prises devant la télé samedi soir, ç’aurait été con de pas en parler ici, quand même.

Oh ça va hein, me culpabilisez pas, j’ai quand même zappé sur le Téléthon pendant les coupures pub.

Repost 0
Published by Strass en Stock - dans Zapette en folie
commenter cet article
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 18:01

L’humanité se divise en deux catégories. Il y a ceux qui font un sérieux régime en prévision des fêtes de fin d’année ; et les autres qui patientent en savourant chaque jour un bon chocolat en forme de traineau ou de botte, dégoté derrière une petite fenêtre en carton.

 

Et comme tout le monde a droit à sa douceur quotidienne, la mode est aux sublimes calendriers de l’Avent remplis de croquettes et pâtée pour chien :

chat.jpg

chien.jpg

 

Ce n'est pas tout... Comble du hasard, en traînant sur facebook (ce qui n’arrive que très, très rarement, hein) j’ai découvert le calendrier de l’Avent Mamma Mia

 

Attention spoiler pour les retardataires : en date du 3 décembre, la surprise est une photo de la troupe japonaise. 


Ce qui est génial dans le Japanese Cast of Mamma Mia, c’est que Sophie, en plus d’être le portrait craché de Donna, ressemble fortement à ses trois pères potentiels.

 

... Mais aussi à Sky. Aux Dynamos. A ses copines. Et à tous les habitants de l’île. C’est assez troublant, et sans les costumes, je ne sais pas si je comprendrais grand-chose à l’histoire. Surtout si ça cause japonais (cela dit, sans les costumes, ce ne serait pas un spectacle grand public. Mais là je m’égare).

Avouez que c’est confusant :

 

Ne t’affole pas, lecteur. Je n’ai pas succombé à une épidémie de racisme primaire. Je suis juste angoissée à l’idée que Tanya puisse confondre Pepper avec le curé. 

Repost 0
Published by Strass en Stock - dans Frou frou sur les planches
commenter cet article
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 16:52

Ils sont quand même sacrément faux-cul, chez France 3. C’est bien mignon de nous étaler la France multiethnique, le métissage culturel et social, la déringardisation massive par le "show à l’américaine".


J’imagine bien le brainstorming au sommet, suite à l’échec cuisant des produits lancés ces dernières années :

euro1.jpg euro2.jpg euro3.jpg euro4.jpg

 

On est d’accord, aucun risque de s’étouffer d’une overdose de glamour.

Alors, par amour de la musique, ils ont opté pour ça :

 

euro5.jpg

Possible que Marie Myriam nous fasse une attaque. Cela dit, depuis le temps qu’elle aimerait prendre enfin sa retraite, la pauvre, au lieu de courir les plateaux TV à chaque retour du printemps…


Et t’imagines un peu, si pour répliquer, le Liban va nous chercher Shakira.


Comment ça, "c’est qui celui-là avec la guitare" ?

Souvenez-vous.

1996. La France chante en breton. Eh oui, on a osé.

Repost 0
Published by Strass en Stock - dans Zapette en folie
commenter cet article

Du théâtre à la sauce Broadway sur tartine médiatique,

 

Un brin de lyrisme saupoudré de triolets et d’entrechats,

 

Et quelques grumeaux de people entre les miettes de chroniques pailletées… 

 

 

Delphine Chevalier

 

mail

Rechercher

Petits bouts de culture...

1froufrou.JPG

2popcorn.JPG

3casting.JPG

4zapette.JPG

5egaremts.JPG

Retrouvez moi par ici...

twitter.jpg

Ma Page sur Hellocoton

images1

bloglovin morue.gif

On parle de Strass en Stock...

interview-meetoyen.jpg

 

57027071.jpg

a0144-000013.jpg