Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 13:10

Mais… où donc avais-je la tête ? Je ponds l’article de ma carrière 2.0 au sujet de A La Vie A L’Amour, le sublime spectacle auquel j’ai participé au Casino de Paris, et… c’est tout…

Mais oui, bien sûr ! Je suis maintenant en mesure de vous offrir quelques images ! Suite aux multiples demandes de mes fans*, voici enfin une exquise petite vidéo regroupant les meilleurs extraits du show…

 

 

Ah la la, je suis tout émue de revoir ces images…

Je sais, je sais, ce doit être affreux d’avoir manqué ça… Allez, séchez vos larmes, ce sera pour une prochaine fois…


*Just kidding.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Strass en Stock - dans Frou frou sur les planches
commenter cet article
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 22:06

Le mardi, c’est…

  • Digestion des raviolis
  • Emission historico-culturelle de Stéphane Bern
  • Début de la semaine théâtrale
  • Pages vertes du Télé Star
  • Qu’est-ce qui sort au ciné demain ?
  • Journée fidélité chez Carrefour

 

Et à partir de maintenant…
Sondage de Strass en Stock ! Aujourd’hui, nous allons parler d’un sujet qui vous est cher : les blogs ! Allez, on se retrouve sur facebook pour en parler...


Image1.jpg

 

Et bien sûr, on se retrouve mardi prochain pour un nouveau sondage!

PS : Qui a dit "Pfff, la pauvre petite blogueuse Strass en Stock essaie désespérément de fidéliser son lectorat..." ??? Non mais!!!


Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Strass en Stock - dans Petits égarements
commenter cet article
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 04:42

Avant de voir le brillantissime musical Billy Elliot à Londres, j’aimais bien regarder les vidéos de mes spectacles de danse de petite fille. Je me sentais à ma place sur scène, parfois même j’étais fière de mes pauvres pirouettes. Et je m’octroyais un embryon de légitimité à vouloir me lancer dans ce métier. Désormais, c’est à peine si j’ose enfiler mes chaussons roses sans penser qu’à l’âge de 5 ans, Billy savait probablement déjà faire mille fois plus de trucs que moi après 12 ans de classique.


Revenons-en au Show. Avec un grand S, oui, le S de Sublime, Sensationnel, Scéniquement génial, Si émouvant, Splendides musiques du grand Elton John, So incredible, Spectaculaires numéros de danse, Solidarity for ever, Surréaliste mise en scène, Stupéfiantes performances artistiques, Salle émerveillée, Shine, Striking Billy will you marry me ?...


Aaaah, ils sont forts ces anglo-saxons… tout paraît tellement naturel, comme s’ils naissaient avec cette si brillante polyvalence génétiquement programmée. Mickael se déplace mieux avec ses claquettes que moi dans mes pantoufles, Billy enchaîne les tours fouettés et finit par un saut périlleux du haut d’un piano (pfff, la base quoi), d’ailleurs le vieux pianiste glisse gracieusement en grand écart, les petites élèves danseuses font preuve d’un vertigineux professionnalisme, la grand-mère est craquante, le père nous offre un magistral jeu d’acteur, les mineurs en grève nous font trembler de peur et d’émotion, et la prof de danse est tellement charismatique et éblouissante que je me demande pourquoi elle n’est pas encore à l’origine d’un musical spin-off.


Emue aux larmes après le final grandiose et bouleversant, je suis sortie du théâtre avec le désir fou de faire découvrir cette merveille au monde entier:

 


 

 

Billy a fait naître en moi de grandes ambitions concernant mon futur rôle de mère: mon bout’chou grandira sur les planches. Je l’écartèlerai dans son couffin pour lui assurer une hyperelasticité  à toute épreuve, l’entraînerai dès la barboteuse aux changements de costumes rapides. Oui, mon fils apprendra à marcher avec des claquettes, fera des vocalises le matin entre deux bouchées de Chocapic, étudiera à la Sylvia Young ou à la Juilliard School. Et il jouera Gavroche, Mickael Banks, Kurt von Trapp, Simba (après avoir un peu bronzé en vacances, of course).


C’était Strassenstock (future mère indigne…), plongée dans ses souvenirs londoniens.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Strass en Stock - dans Frou frou sur les planches
commenter cet article
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 19:11

Passer plusieurs jours sans connexion me parait affreusement insurmontable. Même, je ressens une espèce d’angoisse oppressante d’abandon.

 

En plus, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais le nombre de nuages noirs dans le ciel est inversement proportionnel à la quantité de bons programmes à la télé. Pire : cette année on n’a même pas de série de l’été pour rigoler un peu se consoler ! L’horreur suprême étant quand même cette nouveauté de France 2 : Le jour où tout a basculé… Comment rester de marbre devant ce mix entre Confessions Intimes, Faites entrer l’accusé et ça se discute… Outre les hilarantes improbables reconstitutions savamment mises en scène, la palme du kitsch et de la kleenexo-vulgarité est attribuée aux grands jeux d’acteurs larmoyants aveux face caméra. Les faits divers ont rarement inspiré la télé de façon aussi… effrayante (Et moi, j'adooore barrer des mots dans mes articles. C'est un problème).


Dans le genre décadent et absurde, il y a aussi le grand débat d’actualité de la semaine dans Télé Star : « TF1 a-t-elle redoré le blason de la télé-réalité avec Secret Story 5 ? » Cet article me laisse pantoise. Un peu rêveuse. J’en viens même à reconsidérer mes principes et envisager sérieusement un avenir avec Télérama.


Pour tout dire, je suis surtout préoccupée par un certain nombre de petits problèmes en ce moment ; c’est un peu l’été de tous les dilemmes (encore pire que « Musso ou Pancol dans mon sac de plage ? ») :

  • Bon vieux spray de citronnelle, ou appli iPhone anti-mosquitos ? (c’est-à-dire, intoxication dans cette irrespirable atmosphère, ou cancer du cerveau à coups d’ultra-sons ?)
  • Balade pédestre le long de la plage, ou aprèm rediff de Fais pas ci fais pas ça ?
  • Glace italienne maison du pâtissier du village, ou nouveau McFlurry Magnum ?

 

… allez, je vous laisse le soin de laisser en commentaires vos plus gros dilemmes de l’été…


(Et puis, n’hésitez pas à passer lire ma petite interview sur un site de référencement !)

Et pourquoi pas, un petit vote aussi, ça me ferait très très plaisir...



Repost 0
Published by Strass en Stock - dans Petits égarements
commenter cet article
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 11:19

Je dois être un peu fatiguée, ramollie par le soleil, anesthésiée par le chlore, le sable et les crèmes glacées. Parce que ces derniers temps, j’ai eu une très fâcheuse tendance à m’endormir au cinéma.


amour-jeunesse.jpgUn amour de jeunesse : à moins de préparer une thèse sur l’architecture expliquée aux ados dépressifs, un guide du routard champêtre ou l’apologie de la lenteur, comment tomber dans le piège de l’engouement pour cet étrange film décousu et sans saveur ? Moi qui espérais un beau et douloureux récit d’apprentissage, bouillonnant de nostalgie et de sentiments dévastateurs, finement relatés au fil des images, j’ai passé de loooongues, très loooongues heures à attendre que la tension explose, que cet amour de jeunesse ait un intérêt cinématographique, en fin de compte.


gamin-velo.jpgLe gamin au vélo : en général, la présence de Cécile de France est un gage de qualité… là, elle est visiblement retournée à ses racines belges au détriment d’un quelconque intérêt artistique. Parce qu’à la place du flamboyant VTT des tumultueuses relations humaines, oubliant la rutilante bicyclette de la quête de soi et des amours perdues, abandonnant même les petites roulettes au doux parfum d’enfance, il n’y avait qu’un pauvre tricycle chaotique et mal huilé.


art-seduire-copie-1.jpgL’art de séduire : l’unique élément qui m’a séduite, c’est la capacité malheureusement fort répandue de concocter une bande-annonce incroyablement attractive, regroupant les uniques moments drôles et fins d’un film pourtant désespérant de médiocrité. Je me suis rarement autant ennuyée devant une pseudo comédie romantique en mal d’inspiration. Et pourtant, je les aime, les psy en fiction.


Vous me direz, mais pourquoi donc suis-je passée à côté d’Harry Potter ? Tout simplement parce que je n’ai jamais lu une seule page des aventures du petit sorcier balafré, et que j’ai abandonné il y a quelques années tout espoir de rattraper mon retard quand mon petit frère a du m’expliquer l’épisode 3 à la sortie du ciné.

Je serai certainement moins déçue par Cars 2 et Les Schtroumpfs

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Strass en Stock - dans Pop corn et tapis rouge
commenter cet article
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 12:59

Hier soir, je suis sortie au théâtre. Et même que j’étais en premier rang d’orchestre. Oui, lecteur. La culture n’a pas de prix.


La culture n’a pas de prix… mais bon, un petit détour sur Billetreduc ne fait jamais de mal. Parfois même, le squattage s’impose. N’est-il pas jouissif et addictif de voir d’aussi ravissants petits encarts… ?

Sans-titre.JPG

Mon portefeuille va mieux. Mes lunettes restent dans leur étui. Car j’offre à mes petites fesses l’inestimable confort d’un fauteuil en premier rang d’orchestre, made in Billetreduc, dans un élitiste théâtre intimiste. Petite salle de 45 places, certes, en placement libre, mais quel luxe suprême ! Cette impression d’être privilégié, de faire partie de la haute société intellectuelle, d’avoir le monopole de la culture théâtrale, de pouvoir philosopher en (très très) petit comité sur le sens profond de la pièce.


Pouvoir observer les bouts de scotch noir restés accrochés aux lattes de la scène, les petits défauts cutanés des comédiens, les micro tâches sur leurs costumes, craindre de les faire choir quand on bouge le petit orteil pour se dérouiller les mollets. Retenir sa respiration de peur d’importuner toute la salle, se sentir obligé de rire pour ne pas vexer l’acteur à 35 centimètres de nous, mais réprimer avec difficulté nos ricanements spontanés et inopportuns.


L’avantage des théâtres intimistes, c’est aussi qu’on peut croiser les comédiens en peignoir quand on va aux toilettes. Que l’entrée des artistes ne se trouve pas de l’autre côté du pâté de maison. Qu’à la fin de la pièce, on se retrouve à papoter comme des potes.


Vive les petits théâtres !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Strassenstock - dans Frou frou sur les planches
commenter cet article
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 16:10

clavierJ’avais rêvé d’un blog culturel, éclectique, rassemblant comme lectorat l’élite suprême de la blogosphère. Mais j’ai eu la mauvaise idée d’aller fouiner dans les statistiques d’over blog… Et quel drame de découvrir la liste de mots-clés tapés dans les moteurs de recherche pour atterrir sur mes gentils petits articles ! Qui êtes-vous bande d’internautes ?


"tatouage petit et facile à faire" Je tiens un blog émo grunge punk déviant. Mais je n’assume pas encore complètement ce style.


"beau gosse à mèche" J’ai 13 ans et je suis trop fan de Justin alors je copie colle les paroles de ses chansons avec des petits cœurs roses en avatars animés.


"caresses sous la table" Je suis un vieux pervers qui n’a plus de quoi se payer l’abonnement à Canal+.


"Patrick Sebastien nu" Je m’appelle Mireille, j’ai 63 ans et parfois avec mes copines du bridge on a envie de s’amuser sur internet.


"Laurent Ournac en slip" … là, personne ne peut rien pour moi.


Euh… je peux m’inquiéter, maintenant ?

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Strassenstock - dans Petits égarements
commenter cet article
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 15:16

Souvenirs du doux temps estudiantin… Il y a maintenant plus d’un an, j’étais stagiaire en production pour une grande chaîne nationale. Le genre de chaîne qui décore votre salon avec des tapis peau de vache, filme des critiques culinaires au fond des chiottes, joue à Tournez manège au milieu des cochons et nous fait pleurer tous les jours à 14h devant l’histoire d’un petit cancéreux tétraplégique abandonné par une taularde lesbienne et adopté par un curé amnésique. Voilà.


Bref, une grande partie de mon travail consistait à dénicher des archives fun et vues, revues et archi-revues inédites pour le bêtisier de l’été, recueillir des images croustillantes pour nos très intellectuels magazines people, et soigner le confort des chroniqueurs et invités sur le tournage d’une grosse émission (c’est-à-dire devenir experte en versage de m&m’s dans des assiettes en carton, disposition symétrique de mini canettes, tartinage de petits canapés, empilage de fruits au-dessus de barres chocolatées, combat contre la migraine soudaine de notre animateur vedette, tolérance de fumette illicite dans les loges). Et parfois même, accepter de faire 200 copies du DVD de la bar mitzvah du petit neveu d’une star de la chaîne, dans l’espoir de lui glisser mon CV. Aaaaah, on en apprend des choses en étant assistante d’assistante d’assistante de prod. On devient une reine de la débrouille dans tout plein de domaines, de la manutention à l’hypocrisie, à haute dose de caféine et de ragots.


En fait, le problème venait de ma responsable. J’avais du mal à me voir subordonnée à une fan assidue de Moundir, l’aventurier de l’amour, Next et Extraordinary people (pour téléspectateurs en mal de voyeurisme). Programmes qu’elle ne semblait malheureusement pas regarder au 12e degré pour une analyse sociologique de la décadance du paysage audiovisuel contemporain, mais pour son réel plaisir, autour d’une pizza entre copines. Copines qui débarquaient régulièrement dans l’open-space en agitant leurs ongles mauves et papillonnant de leurs smoky eyes : « ‘tain, tu d’vin’ras jamais, y’a S. qu’a dit a T. en régie que le nouveau tech’son il a balancé sur V. et N. hier soir en salle de montage ! sans déc’ quoi c’trop abusé ! » ce qui engendrait en général une pause clope de trois quarts d’heures, me laissant seule au monde face à ma pile de dossiers et cassettes beta max. Alors j’allumais Jean-Luc Delarue (oui, c'était le bon temps), faisais un saut au distributeur ou regardais les derniers castings de présentatrices météo. Ou bien me faisais des copies perso d’archives cultes. Tout en réfléchissant à mon avenir dans cet étrange univers pailleté… Et je constatais l’inadéquation entre mon futur diplôme et les expéditions transport de cartons d’un studio à l’autre, le dramatique ramollissement du cerveau après la prépa, et la tragédie des 50h payées une misère, tout ça dans l’espoir de décrocher un jour une place de chroniqueuse dans un talk show.


Aaaah, séquence nostalgie…

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Strassenstock - dans Casting et crise d'angoisse
commenter cet article
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 23:03

bras_facebook.jpgTiens, c’est pas con ça, j’essaierais bien moi aussi de me faire tatouer sur le bras mes… 457 friends. Aïe, ça en fait quand même un sacré paquet. Bah y’a qu’à faire un petit tri. Facile, je n’ai qu’à renoncer à ceux-là :


  • Les photos de profil qui n’en sont pas. Je n’ai pas trop envie de me faire tatouer un logo de BDE, un affreux hamster, un pied sur une plage, un sapin de Noël, un paysage de cambrousse, ou encore l’affiche d’une pièce que je n’irai jamais voir car je sais que je m’y ferais chier.

 

  • Les moches. Ben oui quoi, j’ai quand même un embryon de vie sociale, hors de question que ma boulangère constate que je suis friend avec un pré-ado boutonneux à lunettes double foyer.

 

  • Les canons. Celles qui me feront complexer quand à chaque lever de bras pour tenter de dompter ma frange je tomberai nez à nez avec leur chevelure miel doré impeccablement ondulée autour d’un regard bleu lagon.

 

  • Les faux friends. Ceux que j’ajoute justement parce que je ne peux pas les encadrer, juste pour pouvoir les espionner et critiquer avec délectation. Mais plutôt me faire amputer du bras que de vivre avec leur sale tête sur le coude.

 

  • Les photos en noir et blanc. Pour les « ça me rend beau hein, une photo en noir et blanc ». Ben voyons.

 

  • Les photos style permis de conduire, en mode repris de justice, anti-glamour au possible.

 

  • Les épaules tordues, la tête dévissée, le bras contorsionné, le bout de doigt flou en premier plan de ceux qui ont 827 friends mais personne pour les prendre en photo.

 

Ben… finalement, je peux emprunter l’épaule de Mimie Mathy. Ou renoncer à cette œuvre aux dimensions de tatoo Malabar.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Strassenstock - dans Petits égarements
commenter cet article
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 20:17

En farfouillant dans mon Télé Star, mes yeux couleur menthe à l’eau se sont arrêtés sur « Miko et Cartman »… Et ce programme n’avait visiblement rien à voir avec ça :

Presentation1.jpg

Avide d’agrémenter ma culture générale de croustillantes infos, je me suis lancée dans une étude approfondie de ce concept. Enfin, je suis allée sur youtube quoi.

 

 

… aaaah je me fais vieille, ça va trop vite pour mon petit cerveau de blonde ! On dirait la bande-annonce d’un blockbuster américain dis-donc ! Mais pour toutes les émissions débiles parodiées par ce duo d’humoristes… ça vaut le coup qu’on s’y intéresse, non ? Pour voir Pascal le Grand Frère, Pékin Express, L’amour est aveugle... d’un œil encore plus critique, rendez-vous sur Comédie! demain jeudi en prime time ! (et là, je réalise que j’ai mis aveugle et œil dans la même phrase. Quel goût douteux, ce blog…)

Une chose est sûre : je trouve le titre « Miko et Cartman ne foutent rien » délicieusement déculpabilisant pour une petite soirée passée à rire bêtement devant ma télé.  C’est original et plein d’autodérision. Et ironique en plus, quand on voit le boulot qu’il y a derrière. J’adore. 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Strassenstock - dans Zapette en folie
commenter cet article

Du théâtre à la sauce Broadway sur tartine médiatique,

 

Un brin de lyrisme saupoudré de triolets et d’entrechats,

 

Et quelques grumeaux de people entre les miettes de chroniques pailletées… 

 

 

Delphine Chevalier

 

mail

Rechercher

Petits bouts de culture...

1froufrou.JPG

2popcorn.JPG

3casting.JPG

4zapette.JPG

5egaremts.JPG

Retrouvez moi par ici...

twitter.jpg

Ma Page sur Hellocoton

images1

bloglovin morue.gif

On parle de Strass en Stock...

interview-meetoyen.jpg

 

57027071.jpg

a0144-000013.jpg